dimanche 19 mars 2017

MOUTHIER-SUR-BOËME DANS LE DÉPARTEMENT DE LA CHARENTE.


DIMANCHE 19 MARS 2017

Mouthiers-sur-Boëme



Magnifique randonnée sur la journée
avec pique-nique tiré du sac à dos...


Circuit de 20/21 km pour partie le long des rives de la Boëme.
 -
Les habitants (es) de Mouthier-sur-Boëme (Charente) sont 
les Monastériennes et les Monastériens...
-
Blason

Dix sept Mille-Pattes au départ en cette veille de Printemps...


-

 L'église paroissiale Saint-Hilaire existait au IXe siècle mais aurait été reconstruite après sa donation à l'abbaye et la nef actuelle date du XIIe siècle. Le clocher du XIIIe siècle est ajouré de baies gothiques. Ce clocher octogonal était jadis surmonté d'une flèche qui a été démolie en 1735 après avoir été frappée par la foudre. Au XVe siècle une chapelle funéraire a été construite côté sud (c'est l'actuelle sacristie) et 
la façade a été refaite en ne conservant qu'une porte en plein cintre primitive.
 Elle a été classée monument historique en 1862.
Le viaduc des Couteaubières a été construit entre 1840 et 1850 pour le passage de la ligne de chemin de fer Angoulême-Bordeaux. Il mesure 303 mètres, large de 7,4 mètres et haut de 22 mètres et composé de 12 arches et est réputé être le plus long viaduc en courbe de France sur une ligne traditionnelle.
En 1852 la ligne de chemin de fer Angoulême/Bordeaux est inaugurée. Elle passe par Mouthiers, elle a nécessité un détournement de la Boëme
 et la construction du viaduc.
 Les lavoirs ont été reconstruits par la compagnie de chemins de fer vers 1867, sur le nouveau cours de la Boëme, car lors de la construction de la voie ferrée, le cours de la rivière a été détournée, en limite du bourg de Mouthiers. 


 Pendant la guerre de Cent Ans, le château de Rochandry fut l'objet de grandes convoitises entre les Anglais et les Français. Il fut pris et repris et en 1387 par Louis de Sancerre, maréchal de France en chasse les Anglais et ordonne sa démolition, mais les Anglais le reprennent, puis en sont à nouveau chassés en 1416 par le seigneur de Barbazan, capitaine de Charles VII qui le fait démolir.
Jean de La Rochandry reconstruit le Château du même nom au XVe siècle, qui passe à la famille Saint-Gelais en 1445, aux Tison d'Argence et, vers 1580, aux Forgues de Lavedan qui le rénovent entre 1613 et 1616 en château Renaissance.
La baronnie de La Rochechandry était importante; elle avait de nombreux fiefs sous sa dépendance et possédait le droit de haute, 
moyenne et basse justice sur son étendue.
Le château est vendu en 1681 à Étienne Chérade, comte de Montbron. Sa fille Marguerite épousa en 1721 Jacques Louis Le Musnier, seigneur de Lartige. Leur fils, plus connu sous le nom de M. de Raix, fut lieutenant-général en 1746 et conserva
 le château jusqu'à la Révolution.
En 1766, Marguerite Chérade, dame de Rouffiac, le fait découvrir
 et fait abattre une partie des murs.
En 1814, le château de la Rochandry est racheté par Lacourade qui utilise ses pierres pour la construction de la papeterie de la Rochandry en 1845. En 1850 le banquier Servant, d'Angoulême,
 achète le restant des ruines et fait construire le château actuel.
 Il se ruine dans cette opération.
 
Le premier moulin connu sur la Boëme, date de 1561 à la Rochandry. En 1841  François Fougeret associé à Pierre Laroche fait démolir ce moulin à blé, ainsi que le vieux moulin à papier, et il fait construire en amont une papeterie, bâtiment en pierres de taille de 500 m2 au sol et de 11 m de haut, avec deux niveaux de grandes fenêtres en plein-cintre en façade qui est mise en route en 1843. Puis les frères Laroche se séparent en 1881 : l'un garde l'usine à papier 
et l'autre s'installe dans un bâtiment plus récent.
 L'ancienne papeterie La Roche est aujourd'hui fermée.

 Une frise sculptée de 3 m de long, d'époque magdalénienne donc datant d'entre 18 000 à 18 500 ans, atteste de la très ancienne occupation humaine du lieu.
L'abri sous roche de la Chaire à Calvin, doit son nom à  Jean Calvin qui serait venu prêcher la réforme du haut d'une chaire taillée dans le rocher. Il n'y a aucune preuve véritable de son passage mais c'est plausible, sinon vraisemblable (Calvin fut reçu par le curé de Claix,  commune limitrophe).
 Cette frise fut découverte par Pierre David en 1926. 


 
-

Photo : Le choeur de chants de la chorale des Mille-Pattes de Saintonge, dirigé par Pauline, entonnant sur un pont de la rivière Boëme,
 la bohème de Charles Aznavour..
-
Photos : Claire P/Yves B/Jean-François B

Aucun commentaire: