jeudi 19 décembre 2013

CIRCUIT DU PETIT VIOLET AU DÉPART DE PONT L'ABBÉ D'ARNOULT...


JEUDI MATIN 19 DÉCEMBRE 2013,

CIRCUIT DU PETIT VIOLET 

POUR TREIZE
 MILLE-PATTES DE SAINTONGE

 AU DÉPART DE PONT L'ABBÉ D'ARNOULT
-
HUIT KILOMÈTRES



Le nid de frelons à pattes jaunes (Vespa velutina), également appelé frelon asiatique est fait de 
fibre de cellulose mâchée, il peut atteindre un mètre de haut et 80 cm de diamètre.
Il existe sept sous-espèces et six variétés.
La reine mesure jusqu'à 3,5 cm - Sa durée de vie est d'un an - Chaque reine fonde sa propre colonie  du mois de mars jusqu'à début août.
Pour nourrir les larves de sa colonie, le frelon asiatique capture des mouches, guêpes et des abeilles, pour capturer ces dernières, il se positionne en vol stationnaire à l'entrée des ruches. 
Il ne gardera de l'abeille que le thorax et en fera une boulette qu'il emportera pour nourrir les larves.
Il arrive très fréquemment qu'une attaque de frelons asiatiques cause des pertes importantes à une ruche.
Le frelon adulte se nourrit principalement de fruits mûrs et de nectar.
-
La piqûre du Vespa velutina (frelon asiatique) dans la gorge comme pour la plupart des piqures d'hyménoptères est susceptible de provoquer dans les cas les plus sévères un choc respiratoire oedème de Quincke (la gorge gonfle, l'air ne passe plus) ou un choc anaphylactique, et provoquer une dilatation très importante des vaisseaux sanguins, et par conséquent une chute brutale de tension artérielle qui peut être fatale.



ARRIVÉE SUR PONT L'ABBÉ D'ARNOULT AVEC L'ÉGLISE EN TOILE DE FOND...


Photos : JPB/YB et jfB


dimanche 15 décembre 2013

SAINT-AGNANT LES MARAIS EN CHARENTE-MARITIME - C'EST, SON ABBAYE DE MONTIERNEUF, SON ÉGLISE NOTRE-DAME-DU-BON-SECOURS ET SON ANCIEN MARAIS SALANT...


 Dimanche 15 décembre 2013,

randonnée

à

Panneau de Saint-Agnant
   (14 kilomètres)...

Sous les meilleurs auspices

 

Les seize Mille-Pattes présents ont pu visiter l'église Notre-Dame-du-Bon-Secours de 
Saint-Agnant, la Boulangère toute proche (sympathique de surcroît) prête la clé sans difficulté à qui la demande gentiment (çà va de soit)...


Ex voto - Le Comte de Ponchartrain...
 
C'est le nom d'un navire de belle prestance dont on trouve des traces dans les archives du port de
 "Plaisance au Canada".
Navire de 250 tonneaux et de 30 canons qui accueillait un équipage important pouvant aller jusqu'à 
150 hommes. 
Ce navire construit à la fin du XVIIème siècle a fait plusieurs traversées de La Rochelle à la Nouvelle France et aux Antilles. 
Il porte le nom du Comte de Ponchartrain de Maurepas (1643-1727)
Secrétaire d'État à la Marine.
En haut du tableau, dans les nuages, Dieu intervient pour protéger le navire et les occupants de la chaloupe. On sait que l'épisode se termina bien pour le navire.

-

 Église Notre-Dame-du-Bon-Secours de Saint-Agnant

L'église est devenue l'église paroissiale en 1689, caractérisée par sa façade réalisée dans le plus pur style baroque, accolé à elle, un curieux escalier extérieur grimpe jusqu'au clocher.



 
Autrefois située près de l'actuel Pont, l'église paroissiale Saint-Saturnin aurait été fondée par Charlemagne à l'issue d'une bataille légendaire sur la plaine de Vaucouleurs-Le Pinaudard, pendant laquelle il écrasa les Sarrasins.
Dernière trace de cette église, la cloche Marie, fondue en bronze par Eustache Leboulanger en 1716. Pesant 1700 livres, elle ne put être installée dans le clocher de l'église Notre-Dame-du-Bon-Secours, elle fut donc déposée dans le coeur et s'y trouve encore aujourd'hui.

 
 

Un biface (outil de pierre taillée) trouvé sur la commune de Saint-Agnant, atteste d'une présence humaine dès le Néolithique*.
(*Le Néolithique débute vers 9000 ans avant J-C et prend fin avec la généralisation de la métallurgie et l’invention de l' écriture, vers 3300 ans avant J-C).
-
Les ruines du Châtelet quant à elles sont un témoignage exceptionnel de la période Gallo-Romaine. Vers l'an mille, Saint-Agnant était un village de pêcheurs et de saulniers qui bordait l'océan et les salines.
-
Excédés par le pillage régulier du Duc d'Aquitaine, les moines se font construire en 1075 un nouveau monastère à Montierneuf, invitent le Duc d'Aquitaine et l'amène à reconnaître ses délits.
-
Hydrographie : La commune de Saint Agnant est traversée du nord-est au sud-est par le canal de la Charente à la Seudre, également appelé canal de la Bridoire. Une large partie du canal sert de délimitation administrative avec la commune voisine d'Échillais.
-
Les 2500 habitants de Saint-Agnant (recensement 2010), sont appelés les Saint-Agnantais et 
les Saint-Agnantaises


 

PIGEONNIER DE L'ABBAYE DE MONTIERNEUF  "DU XVIe SIÈCLE" 

Cette fuie a été construite par Bernard Daugeraud, intendant puis prieur-seigneur de Montierneuf. 
Elle contient 2959 boulins.
Bon à savoir : Un boulin correspondait très souvent à un arpent de terre...
Le terme arpent est attesté en ancien Français vers 1080. Il dérive du Gaulois.
Dans notre région durant la France de l'Ancien Régime (de la Renaissance au XVIe siècle à la Révolution en 1789), les arpenteurs utilisèrent généralement la « perche ordinaire » de 20 pieds du Roi, avec un acre (ou arpent carré) de 40 000 pieds du Roi carrés, égale  4 220,8 mètres carrés.
Le domaine de l'Abbaye de Montierneuf comptait de 1000 à 1200 hectares (environ), pratiquement la moitié de la superficie de la commune. 




 
 




 



- o - 

- Le savez-vous ou l'avez-vous oublié ??

Pour la tempête (l'ouragan Martin) du 27 décembre 1999, la Charente-Maritime est le département français qui a été le plus durement touché. Les records nationaux de vents enregistrés ont été atteints avec 
198 km/h sur l'île d'Oléron et 194 km/h à Royan.



 
Photos : CJ/jfB

 
 

j'ai oublié de vous dire, plus exactement, de vous rappeler, que pour obtenir une photo en plein écran (ou toutes les photos), il suffisait simplement, à l'aide de votre souris, de cliquer gauche sur l'une d'elle... et le miracle se produit !

Fichier:17 - Blason - Charente-Maritime.png

jeudi 12 décembre 2013

Randonnée du jeudi 12 décembre 2013 pour les Mille-pattes de Saintonge...


QUESTION :

- Où sont allés marcher les mille-pattes jeudi 12 décembre 2013 ?

"Indices"




Photos : jPB

vendredi 6 décembre 2013

SAINT-SULPICE D'ARNOULT (17)


La randonnée 
du 
jeudi 5 décembre 2013 
 sur la commune 
de
Panneau de Saint-Sulpice-d'Arnoult 
faisait 10 kilomètres...

 

Les photos de groupe sont prises devant le Logis de Montfabien commune de Saint-Sulpice


ÉGLISE SAINT-SULPICE DE SAINT-SULPICE

Citée dès 1047, cette église date pour l'essentiel du XIIe siècle. C’est cependant sa complexité et l’étonnante juxtaposition de styles qui lui donnent sa personnalité. La principale transformation est gothique : il s’agit du remplacement d’une absidiole par une vaste chapelle de deux travées, sur le bras sud du transept. Une belle fenêtre à remplages du XIIIe siècle s’y ouvre à l’est. De cette même époque, date le clocher octogonal, ainsi qu’un curieux contrefort intérieur qui renforce celui-ci à l’extrémité de la nef.
On retiendra parmi les autres modifications notoires : la reconstruction de l’abside principale et de l’absidiole nord, sans doute au XVIIe siècle, la condamnation, en deux temps, du bras nord du transept, et le percement d’ouvertures gothiques dans les murs romans de la nef. Une curieuse disposition architecturale, aujourd’hui à peine compréhensible, est à noter : la présence d’une crypte semi-enterrée dont l’ancienne voûte s’élevait au-dessus du niveau du sol actuel dans le bras sud du transept. 

Une trappe ouvre encore sur ce qu’il en reste, mais sa partie supérieure a été arasée.
Deux qualités se distinguent dans la sculpture de cette église : d’une part, il y les chapiteaux très frustres du cœur et d’autre part, le très beau portail occidental avec ses voussures richement ornées d’oiseaux et de grappes de raisin ou peut-être de pommes de pins et, au-dessus, les vestiges énigmatiques de deux lions dévorant des personnages...



Photos : jPB/jfB




dimanche 1 décembre 2013

ASNIÈRES-LA-GIRAUD ET SON CHEMIN ÂNIER (ROUTE ANTIQUE DE SAULNIERS QUI TRAVERSE LA COMMUNE)...


 LE PREMIER DIMANCHE DE DÉCEMBRE

À

Panneau d'Asnières-la-Giraud
 
Asnières-la-Giraud (le chemin ânier, environ 13.500 kilomètres).
-
Le chemin ânier, est celui du commerce du sel, mais également des poteries 
 et au retour, 
du bois de chêne du Limousin 
à destination des futailles pour stoker le vin d'Aunis.
-
Asnières-la-Giraud :

C'est l'Asinus "âne" l'origine en latin du nom de ce sympathique village - C'est 1664 hectares - C'est  900 Asniérois et Asniéroises - C'était sur une route antique de Saulniers - C'était un lieu d'étape et de halte - C'est le Loubat (cours d'eau) qui serpente à travers la commune - C'est un vignoble situé en appellation  Cognac (cru des fins bois), mais ! C'est également - le Château de la Laigne - le Logis de Chantageasse - de nombreux vieux puits - l'Église Saint-Médard, etc...



- LE SAVIEZ-VOUS ? -

 Asnières-la-Giraud a souffert de sa proximité avec Saint-Jean-d'Angély. 
Durant longtemps la commune n'a eu qu'un commerçant, un hôtelier. Un cabaretier s'est installé au XVIIIe siècle et un chirurgien en 1786. Cependant, il y avait de nombreuses "maisons des champs" et de nombreux retraités y résidaient.
-
Le 24 janvier 1792, le premier centenaire connu  en Charente-Maritime (Charente-Inférieure) est mort à Asnières-la-Giraud à l'age canonique de 102 ans sans jamais avoir été malade.
-
 En 1796, une femme obtient l'adjudication de fossoyeur, de sonneur de cloche et batteur de caisse.
-
  Le 26 août 1818 naît à Asnières-la-Giraud Pierre Roy de Loulay,  homme politique français et décédé le 20 février 1896 à Paris. Il fut maire de Saint-Jean et sénateur sous la IIIe république.

En 1875, le phylloxéra apparu au Fief-du-Bourg et décime peu à peu les vignes qui couvraient 592 hectares des coteaux du pays en 1866. 19 ans plus tard, en 1885, il ne reste que 35 hectares.Les paysans s'orientent alors vers l'élevage des vaches laitières et créent une laiterie en 1913 qui fermera en 1960.
Après la seconde guerre mondiale les terre seront de nouveau plantées en vignes. Le vignoble est aujourd'hui de 150 hectares.
 -
Le 21 juillet 1937 Asnières accole à son nom celui de La Giraud, un hameau voisin, et devient Asnières-la-Giraud.
-
77 mètres d'altitude, voilà les amis (es) l'altitude maxi de la commune...
 -


 
 


  

 




















 De l'église Saint-Médard du XIIe, ne subsistent que le mur du chevet et trois fenêtres romanes.Elle a été relevée au XIVe siècle et la façade refaite au XIXe siècle.
Le clocher à hauteur du coeur est coiffé d'un toit à charpente pyramidale à huit pans et quatre pyramidions en ardoise. L'église renferme des chapiteaux ornés et deux culots sculptés d'un animal à tête humaine et d'une sirène.
.

 
 
  




Photos : jfB

Avant que la laiterie Coopérative des Fontaines d'Asnières soit fondée vers 1907 pour la fabrication de beurre conditionné en paniers, puis en plaquettes enveloppée de papier sulfurisé, le lait était conduit à la laiterie de Vervant par voiture à cheval.
La laiterie coopérative employait de 15 à 20 personnes (des laitiers, des rouliers, des porchers, des fromagers, des chauffeurs, des mécaniciens, des empaqueteuses, des beurriers...
Elle était adhérente à l'Association Centrale des Laiteries Coopérative des Charentes et du Poitou.







Ah ! j'ai oublié de vous dire, plus exactement, de vous rappeler, qu'afin d'obtenir une photo en plein écran (ou toutes), il suffisait simplement, à l'aide de votre souris, de cliquer gauche sur l'une d'elle... et le miracle se produit !
- Cré vain dieu, çà a marché !!