vendredi 21 juin 2013

LES MILLE-PATTES DE SAINTONGE DANS LE SUD OUEST.


 

Un bon coup de patte

Une partie des Mille-Pattes au départ de la course.

Une partie des Mille-Pattes au départ de la course. (Photo J.-C. B.)

Dimanche 16 juin 2013, dès 8 h 30, quelque Mille-Pattes étaient au départ de la place du
 Général-de-Gaulle à Pont-l’Abbé-d’Arnoult pour une randonnée sur Saint-Dizant-du-Gua.
Pour les 19 Mille-Pattes au départ de Saint-Dizant-du-Gua, le programme de cette journée placée sous le signe du soleil était : départ de Saint-Dizant-du-Gua, pour une randonnée d’environ 16 kilomètres avec visite de l’église Saint-Rémy de Sainte-Ramée, pique-nique aux environs de 13 h 30, visite du parc du Château de Beaulon qui s’étend sur 13 hectares, des Fontaines Bleues qui jaillissent entre 10 et 18 mètres de profondeur et du pigeonnier aménagé de 1 500 boulins. Sans oublier la visite de l’Église Saint-Michel de Saint-Dizant, juste en face du Château et la visite du vieux Moulin-Lavoir…
L’ensemble était labellisé jardins remarquables.
Les Mille-Pattes (au féminin) avaient préparé de délicieux salés pour l’apéritif et de nombreuses préparations sucrées pour le dessert… Elles ont été remerciées par les 19 Mille-Pattes qui en ont bien profité…

 









dimanche 16 juin 2013

SAINT-DIZANT-DU-GUA ( L'Église Saint-Michel - Le Baloir - Le Château de Beaulon et ses Fontaines bleues - L'Église Saint-Rémy de Sainte-Ramée - le Château de Romaneau - l'Ancien Lavoir de La Pointe - etc)...




Dimanche 16 juin 2013  
 (jour de la fête des pères)

«Les Mille-Pattes de Saintonge»

avec 

leur pique-nique sur les échines,

ont marché

à 

Panneau de Saint-Dizant-du-Gua


- Au programme de cette superbe journée -
Randonnée d'environ 15/16 kilomètres avec visite de l'Église Saint-Rémy de Sainte-Ramée, pique-nique tiré du sac à dos aux environs de 13h30 (à l'ombre sous les arbres), visite du Parc du Château de Beaulon qui s'étend sur 13 hectares, des Fontaines Bleues et du Pigeonnier aménagé de 1500 boulins. L'ensemble étant labellisé jardin remarquable, visite de l'Église Saint-Michel juste en face du Château et visite du vieux Moulin/Lavoir...

Merci aux Mille-Pattes (au féminin) pour les préparations salés pour l'apéritif et pour les nombreuses et délicieuses préparations sucrées pour le dessert...  



LE CHÂTEAU DE BEAULON

 (et ses Fontaines bleues)

 
 

C'est vers 1480 (fin du règne de Louis XI) que la famille de Vinsons fait construire le château qui prendra le nom de Beaulon en 1510, lorsque la seigneurie de Saint-Dizant est acquise par la famille de Beaulon, en 1502, ou un peu avant.

Après un incendie en 1510, le château est reconstruit par Jacques de Beaulon dans sa partie ouest dans le style Renaissance.

En 1591, la terre est saisie par les Jésuites de Bordeaux pour non-paiement de rente et ce malgré l'intervention  d'Henri IV.

Au début du XVIIe siècle, Monseigneur de Nesmond, Évêque de Bayeux et conseiller de Louis XIV, devient par héritage le seigneur de Beaulon (La famille de Nesmond en sera propriétaire jusqu'en 1712) et le droit de haute justice est donné à la seigneurie en 1635.

Il fut au XVIIe siècle, la résidence d'été des Évêques de Bordeaux.

Par la suite, par alliance, le château de Beaulon sera, après la famille de Nesmond, la propriété des familles de Bigot, de Brémond d'Ars, de la Porte.

En 1965, le château de Beaulon devient la propriété de Christian Thomas. Depuis cette année où il acquit le domaine, des travaux de rénovation importants ont été effectués tant au niveau des bâtiments que de l'aménagement et l'embellissement des vignobles. 
Inscrit aux monuments historiques en 1987 grâce à la pugnacité de son propriétaire, après cinq siècles d'existence, le domaine familial, depuis une quarantaine d'années, accueille les visiteurs.

Le corps de logis qui date de 1480 (1520 suivant d'autres sources) est surmonté d'une haute toiture d'ardoise munie de rampants à crochets. La façade nord est très intéressante car elle présente deux lucarnes de style très différent. Celle de gauche est un témoignage médiéval d'inspiration florale alors que celle de droite est de style renaissance, flamboyante à colonnes torses. Cette dissymétrie architecturale n'enlève rien au charme de cette bâtisse qui témoigne de ses cinq siècles d'existence.

Le Pigeonnier, une tour cylindrique datée de 1740 présente un toit conique recouvert de tuiles plates de terre cuite et percé de lucarnes à frontons de pierre. À l'intérieur se trouvent 1500 boulins (nids) en pierre et en poterie de la Chapelle-des-pots. Pour accéder aux nids, une échelle tournante est également une curiosité à ne pas manquer.

Le Château de Beaulon a été inscrit à l'ISMH 
(Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques) le 16 décembre 1987.




Le Château est agrémenté d'un jardin à la Française et d'un parc qui s'étend sur 13 hectares. L'ensemble est labellisé « JARDIN REMARQUABLE».

Les Fontaines bleues intriguent par leur couleur : ce sont des résurgences dont la couleur bleue turquoise est due à la présence d'algues microscopiques. Au milieu de la clairière, les bassins des fontaines, forment des entonnoirs de 10 à 18 mètres de profondeur, et l'eau, d'une température constante de 13°C, s'écoule avec un fort débit et forme l'Étier de Beaulon. Chaque fontaine porte un nom : la Grande Fontaine, le Miroir des fées, la Fontaine aux fées, les Fontaines sereines, les Sources vives, et la Fontaine de la Main rouge avec sa légende. Autour, l'aménagement a été étudié en jardin sauvage avec sous-bois d'aulnes, de frênes, d'érables et des vivaces autochtones.



De nombreuses libellules sont présentes tout au tour des Fontaines.


L’ÉGLISE SAINT-MICHEL DE SAINT-DIZANT-DU-GUA



Construite très tôt dans l'âge roman, voire à l'époque carolingienne, l'église Saint-Michel devait ne pas être voutée à l'origine, car il y avait de larges fenêtres au sud. L'église devait également être plus vaste, car le chœur réutilise des pierres anciennes. La voûte a été refaite au XVIIIe siècle. Le clocher est une flèche polygonale. Une chapelle découverte en  1984 a été restaurée.

On y trouve un bénitier en pierre inscrit aux Monuments Historiques depuis le 5 décembre 1908. Sur chacune des faces sont sculptées quatre figures : La Prudence est représentée par une femme drapée portant une tour surmontée d'une croix, la Justice par une femme couronnée et armée d'un glaive au repos, la Force par un guerrier armé et terrassant un lion, la Tempérance par une femme portant entre ses mains un vase fermé. C'est une oeuvre du XVème restaurée en 1992 par Roger Colliou. Un navire ex-voto du XIXème inscrit depuis le 10 novembre 1980. Un autel, retable en bois peint datant du XVIIIème inscrit depuis le 27 février 1984. Enfin, inscrit lui aussi depuis le 27 février 1984, un tableau représentant la Crucifixion avec le Christ en croix, la Vierge, saint-Jean et sainte Marie-Madeleine. Daté du XVIIIème, il a été restauré en 1983 par J.P.Clergeau.



À voir dans une petite rue proche de l’église, « Le Baloir »


LE VIEUX LAVOIR


Le vieux lavoir, dans la rue du Château, est toujours présent dans le village.


LE CHÂTEAU ROMANEAU



Beaulon parmi lesquels François-Théodore de Nesmond qui, en 1635, accroît son pouvoir seigneurial en achetant ledroit de haute justice. Le château de Beaulon, qui sert au 17e siècle de résidence d’été à l’évêque de Bordeaux, incarne cette autorité seigneuriale qui doit cependant composer avec un autre fief, celui de Romaneau, au sud du bourg. À partir du 16e siècle, Saint-Dizant n’échappe pas à la forte diffusion du protestantisme dans la région. Les idées protestantes semblent séduire une partie de ses élites entre 1702 et 1704, deux jeunes filles issues de la famille


Gorry, une famille de notables des environs, sont envoyées comme «Nouvelles Catholiques» au couvent des Dames de la Foi, à Pons. Si les propriétaires de


Beaulon et de Romaneau restent catholiques, ceux du Pible, en particulier la famille Bonniot, au 18e siècle, ne cachent pas leur préférence pour la Réforme


L’ÉGLISE SAINT-RÉMY DE SAINTE-RAMÉE


 


Les 140 habitants sont appelés les Ramillons et les Ramillonne.

« Selon certaines personnes, il s’agit d’un petit édifice du XIIe siècle dont la façade figurait au XXe siècle dans la collection des façades remarquables des églises romanes de Saintonge et contribuait à la renommée du pays ».
La façade de Sainte-Ramée montrait encore au début du XXe siècle, un vaste portail en plein cintre à voussures, rehaussé d’un fort cordon à pointes de diamant et de colonnes ornant les pieds-droits.
A l’étage se déroulait, au-dessus d’une corniche à mordillons travaillés, une belle galerie de cinq arcs complétée par un cordon et portée par des colonnes. Il existait également sur un registre supérieur une autre arcature plus étroite.
Le pignon disparu le premier, puis toutes les colonnettes.
Par la suite les quelques précautions indispensables n’ayant pas été prises, l’étage se lézarda sous l’action de la          pluie et tout fut démoli en 1954 pour être remplacé par le mur utilitaire actuel.
De la décoration romane, seuls cinq mordillons choisis, non parmi les plus intéressants, mais les moins détériorés furent conservés.

Croix de procession en cuivre repoussé sur âme de bois du XVIe siècle, haute de 65 cm et large de 40, elle est inscrite aux Monuments Historiques depuis le 23 octobre 1991.
Autel tabernacle.
Fonds baptismaux, bénitier, Chaire en bois, Grille de Sainte table.


LE MOULIN DE CHEZ BARRET



LE MOULIN À VENT DE CHEZ GUILLET

Le moulin à vent dit « de chez Guillet », proche de Sainte-Ramée, a été construit en 1803. Il a  cessé de fonctionner en 1919. Une boulangerie et un four ont été installés dans la maison le jouxtant. Ses ailes ont disparu mais le mécanisme intérieur est encore en place et sa toiture a été refaite en 1984. L’ensemble de l’exploitation a conservé ses dispositions anciennes : les mécanismes, la boulangerie, la maison du meunier. Il est inscrit aux Monuments Historiques par arrêté du 13 novembre 1989.
Sans oublier 

L'ANCIEN LAVOIR DE LA POINTE
Lavoir situé sur les rives du Taillon
















-
- Afin de regarder les photos en plein écran, cliquez gauche sur une d'elle -

Photos : CJ/AJ/YB/jfB

lundi 10 juin 2013

QUAND LES MILLE-PATTES DE SAINTONGE JOUENT LES STARLETTES...


À LIRE DANS LE SUD-OUEST
(du mercredi 12 juin 2013)
-

Les randonneurs dans la cité pontilabienne.

Les randonneurs dans la cité Pontilabienne. (Photo DR)

Dimanche 2 juin, les amateurs de randonnée sont passés par Pont-l’Abbé-d’Arnoult. Durant cette matinée, ils ont pu écouter toutes sortes d’anecdotes historiques sur la cité Pontalbienne.
Par exemple, ils ont appris qu’avant le décret du 2 mars 1962 qui lui a donné son nom actuel, la commune s’appelait simplement Pont-l’Abbé et Pont-Libre durant la Révolution française.
Le coup de main de Martel
Autre information sur la commune : l’Abbé formait un estuaire marin dit estuaire de l’Arnoult, qui fit peu à peu place à des marais.
Sinon en 1047, Geoffroy Martel, comte d’Anjou, fait apparaître officiellement la cité dans l’histoire en dotant Pont-l’Abbé de l’église Saint-Pierre ainsi que de nombreuses terres qu’il concédera par la suite à l’abbaye Sainte-Marie-des-Dames de Saintes.
L’église Saint-Pierre et le prieuré ont été fondés au XIIe siècle, le bourg fut fortifié au XIIIe siècle. Dernières traces, la porte de ville (porche) et les douves.
Tous ces édifices, ainsi que les souterrains, témoignent d’une histoire mouvementée de trois cents ans, opposant les abbesses de Saintes et l’occupant anglais entre le XIIe siècle et le XIVe siècle. Le clocher carré de l’église Saint-Pierre porte une flèche octogonale de style gothique flamboyant. La cloche date de 1607 et a été classée monument historique en 1908.
Le verre de l’amitié a clôturé cette matinée.

 Article du journal sud ouest

jeudi 6 juin 2013

LA TOUR DE BROUE, LE GOLFE DE SAINTONGE ET UN SPECTACLE ASSURÉ PAR LES CIGOGNES



Bon d'accord ! 

Y en a qui travaillent le jeudi
et !
Y en a qui ne travaillent pas ce jour là...

Que font-ils ceux qui ne travaillent pas ce jour là ?

Et bien ! ils viennent se balader, baguenauder dans la campagne chaussures de rando aux pieds, avec le club de randonnée pédestre  de Pont l'Abbé d'Arnoult

"Les Mille-Pattes de Saintonge"

Ils partent du marronnier sur la place de Pont l'Abbé d'Arnoult à 9h00.
Vous savez ! le marronnier devant la poste...







Randonnée d'environ 6 kilomètres sous un soleil radieux.
Le plus de cette matinée, un spectacle assuré par les parents Cigognes qui nourrissaient 
les petits Cigogneaux.


Photos :jPB

-

Une pensée amicale à deux de nos amis mille-pattes partis affronter les éléments et surtout les beaux paysages et le soleil Corse.
 - Que doivent-ils souffrir...

En résumé : Pierre et Yves sont partis faire simultanément (Kayak et Randonnées pédestres).